Pages

30 nov. 2008

1984 - George Orwell

Présentation : De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d'en face. Big Brother vous regarde, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée.



Avis : prenons un monde totalitaire dans lequel il n'est pas bien vu de penser en dehors du carcan imposé par le Parti. Prenons un monde dans lequel les gens ne sont plus censés avoir de sentiment. Un monde dans lequel tout ce que vous faites est surveillé, dans lequel l'intimité n'existe plus. Voici le quotidien des citoyens de l'Océania, qui travaillent dans un monde divisé entre 3 puissances en guerre.

Big Brother is watching you

et

la Guerre c'est la Paix
la Liberté c'est l'Esclavage
l'Ignorance c'est la Force

La lecture se révèle intéressante et un peu terrorisante. Il s'agit d'une mise en garde contre un modèle totalitaire. Le livre permet d'avoir le point de vue d'une personne mentalement libre qui cherche à se créer une intimité, une liberté. Cela permet, au passage, de voir comment serait la vie sans nos libertés actuelles. En plus de cette immersion, il y a toute une partie sur la théorie d'un tel régime. Le tour de force réside dans le fait que cette partie n'est pas rébarbative, au contraire. Pour connaitre l'histoire du livre et ce qui l'entoure, vous trouverez tout ce qu'il faut sur Internet.

Il s'agit donc d'un livre vraiment prenant et intéressant, qui mérite probablement plusieurs lectures. Cela me fait penser qu'Un bonheur insoutenable attend aussi sur mon étagère. Mais deux dystopies à la suite, cela serait vraiment attristant.

Note : 5/5

En relation : 
Nous autres

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire