Pages

18 nov. 2008

Privé de désert de George Alec Effinger

Présentation : Marîd Audran, détective privé « câblé », entame sa traversée du désert. Naguère sans le sou mais libre dans le dédale d'un Boudayin, ce ghetto arabe d'une Terre future balkanisée, le voilà devenu flic côté jour et, côté nuit, bras droit du « parrain » local, « Papa » Friedlander bey. Résultat : bonjour l'opulence... mais adieu l'indépendance... et les vieux amis du Boudayin. Et puis voilà Marîd désormais affublé d'une vieille maman pas très présentable : un souci de plus pour qui a déjà fort à faire entre les meurtres sadiques, les trafics d'enfants et de modules électroniques, et les manoeuvres suspectes d'un parrain rival de « Papa »... Faisant suite à Gravité à la manque, mais pouvant se lire indépendamment, une nouvelle incursion dans l'orient déglingué d'Effinger, la paix d'Allah soit sur lui.

Avis : Second tome consacré au privé Marid Audran dans un Maghreb cyberpunk. Il s'agit, comme pour le premier, d'un très bon livre. L'intrigue principale se mêle à plusieurs autres secondaires pour donner un bon tat de noeud que l'on comprend vers la fin. L'ambiance du Boudayin, un quartier dans une grande ville maghrébine est vraiment bien transcrit. L'immersion à l'aide du vocabulaire, des coutumes et des références se fait rapidement et sans heurt. Rajoutons des personnages vraiment bien construits avec des motivations crédibles ainsi que des interactions sociales bien amenées suivants les règles de politesse de la région.
Le côté cyberpunk apparait au niveau multimédia et implants cérébraux et non comme une course à l'armement. Ce qui s'intègre très bien à cet ambiance d'enquête et de recherche de la vérité. Marid cherche à comprendre ce qu'il se passe car c'est son travail. Mais il cherche aussi à comprendre sa situation actuelle et des informations sur son passé. Ainsi Effinger aborde les thèmes de la famille, la position sociale, les compromis et la confiance.
Je conseille donc vivement ce second tome, tout comme le premier Gravité à la manque. Et s'il fallait trouver un inconvénient, ce serait une traduction qui date de 90 un peu vieillotte.

2 commentaires:

  1. Grâce à vous, je vais pouvoir acheter ce livre que j’ai tant aimé dans les années 90. Grâce à votre sélection je connais, enfin, le nom de l’auteur et ai pu confirmer ce titre dont je n’étais plus très sûre. Merci. C’est un ouvrage qui m’a considérablement marqué tant par l’acuité de l’univers d’anticipation créé que pour la réflexion sur la drogue technologique (et en plus, ça se lit bien). Du coup, et vu votre bon goût, je me suis (un peu) promené dans le restant du site et ses catégories étonnantes. Résultat, non seulement, je compte revenir sur ce blog mais j’ai déjà noté un bouquin auquel je n’aurai pas pensé et que vous m’avez donné envie de découvrir. Vraiment super ! Petit étonnement tout de même : je n’ai vu nulle part la saga de Dune…
    MireilleP

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre commentaire, ça fait plaisir. Pour ce qui est de Dune, même si c'est un classique, je ne l'ai pas encore lu. Et pourtant vous n'êtes pas la première personne à me le faire remarquer.

    RépondreSupprimer