Pages

14 janv. 2009

Chasseurs de têtes de Michel Crespy

Présentation : "Votre profil est susceptible de nous intéresser. Voulez-vous prendre contact avec nous ?"
Cadre supérieur au chômage, Jérôme Carceville affronte les premiers entretiens proposés par l'un des plis prestigieux cabinets de recrutement. Une batterie de tests, quelques pièges hardiment déjoués et il est sélectionné pour l'épreuve finale : un jeu de rôle.
Apparemment. Car c'est une machine infernale qui est lancée et la chasse aux talents se mue en sanglante chasse à l'homme.

Avis : Je ne sais plus comment je me suis retrouvé à acheter ce livre alors que je ne connaissais pas l’auteur. Peut-être parce qu’il a reçu le Grand Prix de la Littérature policière 2000, et encore … Quoi qu’il en soit j’étais intrigué par la présentation. Je m’attendais à une sorte de Battle Royale avec des cadres et un boulot comme prix pour le vainqueur.

Le récit se révèle évidemment plus fin que ça et surtout bien plus immersif. Pourtant j’ai craints de tomber sur des passages pénibles ou trop théorique vu que Michel Crespy est maitre de conférence en sociologie. Au contraire toutes les applications et explications sont claires et intéressantes. Elles ont d’ailleurs le mérite d’être parfaitement intégrées au récit, et j’en déduis que l’auteur doit vraiment aimer son métier. Et au fur et à mesure, avoir une explication sur les motivations et une analyse des actions, de l’attitude des protagonistes semble naturel.

Mais en plus d’être une fiction vraiment prenante, j’ai vu un éclairage sur la vie des cadres supérieurs. Cela ressemble plus à un état des lieux qu’à une critique : quelque soit la position occupée par un cadre il y a toujours lutte. Le besoin économique modèle le poste, qui lui-même modèle la personne. Cela m’a fait penser à l’expression anglo-saxonne : Rat race. Mais mon état d’esprit lors de la lecture a peut-être influencé mon interprétation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire