Pages

24 févr. 2009

L'Evangile selon Satan de Patrick Graham

Présentation : Dans sa carrière de profileuse au FBI, Marie Parks a vu beaucoup de tueurs en série, mais rarement d'aussi cruels et méthodiques que Caleb le Voyageur. Comme si, venu du fond des âges, il avait été envoyé en mission par Satan lui-même... Ou du moins par ses adorateurs, rassemblés dans une organisation qui semble prête à tout pour retrouver un livre perdu depuis des siècles. Un livre maudit dont le contenu pourrait renverser l'Église catholique et inaugurer un âge de ténèbres. Aidée d'un exorciste du Vatican et armée de ses propres dons de médium, Marie Parks est alors la seule à pouvoir contrecarrer les noirs desseins des serviteurs du Très-Bas. D'elle dépend désormais l'issue de cette bataille décisive entre le Bien et le Mal...

Avis : Une intrigue qui tourne autour d'une conspiration religieuse dont la dimension est mondiale. Toute la conspiration tourne autour d'un livre: l'Evangile selon Satan. Le récit nous livre l'historique de ce livre et des malheurs qu'il a propagé au cours des siècles. Entre les forces de l'ordre (FBI, Police) et les religieux (Exorcistes, Inquisition) ont se retrouve avec un beau boxon. Et comme il y a une pointe de surnaturel, on se retrouve avec un mélange qui se révèle étonnement digeste.
L'histoire se révèle prenante et bien menée. En progressant dans de la lecture, la sensation d'urgence et de danger se fait de plus en plus sentir. De plus, les personnages sont biens sans plus. La profiler du FBI qui possède le don de "parler aux morts" après un NDE est plutôt sympa.
Par contre, l'auteur a voulu faire quelque chose de trop grand, je pense qu'il aurait dû s'arrêter avant. Les enjeux et le final finissent par ne plus être crédibles. D'ailleurs parmi les 600 pages du bouquin, il y a des passages qui sont des redites.
Pour ce qui est de l'écriture, je ne pense pas que ce livre sera connu pour son style. C'est clair et cela se laisse lire mais rien de fabuleux. Un support qui permet à l'histoire rester au premier plan.
Un bon moment de lecture grâce à une intrigue prenante et une écriture fluide. Même catégorie que les romans de Douglas Preston and Lincoln Child.

1 commentaire:

  1. Je ne suis pas une grande fan des secrets d'église et de tout ce qui tourne autour du vatican mais là je dois dire que j'ai vraiment apprécié cette lecture et le mystère qui s'en dégageait. L'apocalypse selon Marie est un peu en dessous je trouve.

    RépondreSupprimer