Pages

10 avr. 2009

The atrocity archives de Charles Stross

Présentation : Bob Howard is a low-level techie working for a super-secret government agency. While his colleagues are out saving the world, Bob's under a desk restoring lost data. None of them receive any thanks for the jobs they do, but at least a techie doesn't risk getting shot or eaten in the line of duty. Bob's world is dull but safe, and that's the way it should have stayed; but then he went and got Noticed. Now, Bob Howard is up to his neck in spycraft, alternative universes, dimension-hopping nazis, Middle Eastern terrorists, damsels in distress, ancient Lovecraftian horror and the end of the world. Only one thing is certain: it will take more than control-alt-delete to sort this mess out...

Avis : Au cours des recherches autour de Prototype, un jeu vidéo sur lequel travaille Dennis Detwiller, je suis tombé sur The Atrocity Archives.
Ce livre fait aussi parti des références pour Delta Green et possède une section sur Project Nemesis. Mais ce quoi s'agit-il ?
Dans ce monde, les mathématiques (et sciences en général) sont liés à la magie. L'une des utilisations permet d'ouvrir des portes vers d'autres dimensions dans lesquelles existent des entités peu sympathiques.
Il existe un service anglais de renseignement qui s'occupe évidemment de ce genre de problèmes : The Laundry.
Nous allons suivre la vie de Bob Howard, un employé de ce service qui va passer d'un poste de bureau à un poste de terrain.

Une telle présentation est attrayante : un côté Torchwood, une touche de Lovecraft et un peu d'espionnage à la James Bond. En plus, c'est bien amené vu que le lecteur découvre l'univers en même temps que Bob.
L'élément distinctif qui permet à des formules mathématiques de faire de la magie se révèle surprenant et intéressant. Faire de la magie à partir de circuit électrique m'a vraiment fait marrer. En plus les bases techniques et scientifiques qui servent à extrapoler semblent solides.
Le côté Lovecraftien avec des entités inconnues et inquiétantes qui ne veulent pas de bien à l'Humanité reste classique et efficace.
Mais deux choses me gênent. Premièrement le style de l'auteur que je trouve difficilement digeste. Entre les descriptions techniques et l'abondance de mot pour décrire le moindre élément, on arrive à des passages peu intéressants.
Je ne m'arrêterai pas sur les personnages qui sont des caricatures et ne servent qu'à avoir une raison de décrire l'univers. Deuxièmement même s'il y a une base logique et que cela donne l'impression d'être carré, il s'agit d'un grand n'importe quoi.
En racontant l'histoire à un collègue, je me suis rendu compte que sa remarque était vraiment fondée : "c'est vraiment barré. Faut être rôliste pour adhérer".

Au final, ce livre possède de bons arguments mais se montre peu engageant car trop dense ou décalé. Pour une aventure dépaysant dont l'enjeu est de sauver le monde, il vaut mieux lire du Clive Cussler.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire