Pages

9 juin 2009

Les falsificateurs de Antoine Bello

Présentation : C'est l'histoire d'une organisation secrète internationale, le CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui falsifie la réalité mais dont personne ne connaît les motivations. C'est l'histoire de quelques-unes des plus grandes supercheries de notre époque : de Laïka, la première chienne dans l'espace, qui n'a jamais existé ; de Christophe Colomb qui n'a pas découvert l'Amérique ; des fausses archives de la Stasi. C'est l'histoire d'un jeune homme, embauché par le CFR, qui veut comprendre pourquoi et pour qui il travaille. C'est l'histoire d'une bande d'amis qui veulent réussir leur vie, sans trop savoir ce que cela veut dire. C'est, d'une certaine façon, l'histoire de notre siècle.

Avis : Les falsificateurs est une fiction qui permet de suivre l'évolution de Sliv au sein du CFR (Consortium de Falsification du Réel). Plus précisément, un récit chronologique qui nous place dans les chaussures de Sliv. Il sort de l'université et rentre dans un cabinet de consulting, dont une partie des membres fait partie du CFR. Une organisation qui modifie la réalité en falsifiant des faits, en créant des sources. Cette organisation mondiale opère depuis longtemps, ce qui prouve que c'est du solide. Dans un premier temps, il s'agit principalement d'un jeu intellectuel, puis Sliv se rend compte qu'il y a plus. Nous sommes alors invités à faire face à ses cas de conscience. Quel est le but de cet organisme ? Qui le dirige et le finance ? Voici ce qui va le pousser à avancer dans la hiérarchie, en plus du défi intellectuel et du fait qu'il est doué pour ça.

La rédaction est simple et claire mais n'est pas concise. Tout le récit tourne autour de la falsification, il faut donc expliquer les mécanismes de traitement d'informations, la falsification physique, ... Le côté logique et raisonné réside dans la gestion de l'information. Tandis que le côté imaginatif et émotif du livre se trouve dans la vie de Sliv. Le problème c'est que les deux faces de cette même pièce n'ont pas la même taille. J'ai eu l'impression que l'histoire de Sliv semble un peu inconsistante, un simple moyen pour décrire le CFR.

Au final, j'ai passé un très bon moment à la lecture de ce livre. Le CFR et ses actions se révèlent prenant et plaisant, même s'il s'agit principalement d'une curiosité intellectuelle. Certes le récit n'est pas extraordinaire, mais il est prenant et fait un bon support pour décrire le CFR.



livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire