Pages

28 nov. 2009

Berlin-Stasi - Jean-Paul Picaper


Présentation : Berlin, 9 novembre 1989... Le mur est ouvert. La République démocratique allemande ferme boutique. Son existence ne tenait qu'à un mur. Un mur qui n'était que la partie visible de l'iceberg. Dessous se cachait la Stasi, ce monstre tentaculaire de la guerre froide, cette police secrète à qui rien n'échappait. C'est dans son antre que nous emmène l'auteur. Pendant près de trente ans, il a affronté à Berlin-Ouest et en RFA les agitateurs et désinformateurs stipendiés de la Stasi, déjouant ses traquenards à Berlin-Est et en RDA. Il a vécu aussi l'infiltration du mouvement étudiant des années 1960 et de divers organismes d'Allemagne de l'Ouest ; il a contacté à maintes reprises des dissidents est-allemands et collaboré avec eux, menant sa petite guerre personnelle contre cette dangereuse organisation tout au long de la guerre froide. A partir de son expérience, de témoignages poignants, d'entretiens avec des espions et leurs victimes, il nous entraîne dans les arcanes du " meilleur service d'espionnage de l'histoire ", et nous fait vivre le quotidien d'une dictature, mêlant à la fois l'analyse rigoureuse du politologue et la narration du journaliste. Un document rare.





Avis : Jean-Paul Picaper a vécu à Berlin après le 2nd Guerre Mondiale et durant la Guerre froide. Alors qu’il prend un taxi, après la réunification, le chauffeur lui dit s’être occupé de son dossier à la Stasi. Plutôt impressionnant pour un étudiant de langue français qui est devenu journaliste. Berlin-Stasi sert à la fois de support autobiographique et d’analyse de cette organisation politique et policière qu’était la Stasi.

L’implication résultant de cet aspect autobiographique apporte un plus indéniable par rapport à un reportage ou une analyse classique. L’élément clé repose dans l’apport du contexte et les explications nécessaires à une compréhension de l’époque, presque une immersion. Par exemple dans l’explication de l’origine des événements de mai 68 en France.

Le côté analyse se révèle vraiment bien développé et documenté. Les événements sont datés, les lieux clairement décrits et localisés, la vie des personnages clés donnée. Une partie intéressante du livre réside dans les entretiens et témoignages avec des personnes en relation direct avec le sujet. Les plus motivés pourront chercher une référence parmi la bibliographie qui contient beaucoup de références, même si la majorité est en allemand.

Le mélange de ces deux approches ne me semble pas être particulièrement heureux. L’intégration d’un passage « technique » dans les souvenirs impose un changement de rythme. L’attention demandée par les deux types de texte est différente et s’adapter à la volée représente rapidement un challenge. J’ai eu, quelques fois, l’impression de tomber sur un bloc pour reprendre 2-3 pages plus loin le fil conducteur. De plus les points de vue du passé et de l’analyse (fixée dans le présent) sont difficilement différentiable tellement ils sont imbriqués.

Berlin Stasi est indéniablement intéressant, si ce n’est prenant. Mais j’ai été déçu parce que je m’attendais à un ouvrage plus structuré et utilisable.

Note : 3/5


Acheter sur amazon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire