Pages

26 mars 2010

Un blues de coyote - Christopher Moore


Présentation : Que sommes-nous de plus pour les dieux que des mouches importunes et lubriques qu'ils écrasent pour le plaisir ? Vaste question... que Sam Hunter, trente-cinq ans, parfait golden boy, n'avait pas eu à se poser avant que le Coyote ne débarque dans sa vie pour y semer la pagaille. Car l'animal en question n'est pas celui de Tex Avery (quoique) mais l'incarnation d'une divinité crow bien décidée à rendre infernal le quotidien de Sam. Pourquoi lui ? Dans quels buts ?.... L'occasion, entre légendes indiennes et réalités yankees, d'une balade ravageuse à mourir de rire, et de peur parfois, au pays des mythes anciens et des machines à sous...



Avis : Sam Hunter est un vendeur d’assurance trentenaire qui a réussi, mais il est aussi un indien Crow. On peut vouloir oublier son passé mais il finit par refaire surface. Surtout quand un dieu indien nommé Coyote s’en mêle. Le lecteur sait où cela va se finir mais le cœur de l’histoire est le chemin et non la destination.

Le récit met un peu de temps à se lancer, le temps de fixer un décor américain typique qui se veut la norme. Mais dès que les certitudes sont ébranlées, que les croyances indiennes prennent vie, cela devient intéressant. Ce décor s’effrite progressivement et sûrement pour aboutir à un décalage. Les personnages sont dans une réalité mais évoluent dans une autre. Heureusement ce décalage est très bien dosé, juste ce qu’il faut pour paraitre loufoque sans être dangereux ou excessif.
Pour ce qui est de l’écriture, je retrouve un texte propre et agréable à lire. L’aspect comique est toujours présent à travers des situations et des dialogues. Les personnages rendent bien et se révèle suffisamment bien construit pour le récit.

Un blues de Coyote est un très bon récit contemporain emprunt de culture indienne. Je l’ai trouvé un peu moins marrant que l’Agneau du même auteur. Et je ne comprends toujours pas pourquoi ce livre se retrouve dans la série Policier.

Note: 5/5

Acheter sur amazon

En relation : 
L'agneau

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire