Pages

23 janv. 2011

Le puits du diable de E. et B. de Saint Chamas et Laura Rosano

Présentation : A quelques lieues du village de Bigaroque s'étend une forêt de sinistre réputation. Rares sont les promeneurs qui osent s'y aventurer, à cause du puits qu'elle cache. Un puits maudit, à sec depuis toujours. On l'appelle le puits du diable. Au fond du trou, les nuits de pleine lune, de minuit à coq chantant, un passage s'entrouvre. Il conduit droit à la demeure du Malin. Nul n'en est jamais revenu. Ce puits est l'une des bouches de l'Enfer..




Avis : Mon dernier livre pour enfant remonte à un bail. Le puits du diable en est un, il s’agit même d’un conte illustré. Le synopsis m’avait emballé et heureusement que je n’ai pas cherché plus loin. Avec mes aprioris je serai passé à côté...

L’histoire se monte intéressante même si elle suit un schéma classique. Un personnage principal jeune, qui véhicule de bonnes valeurs. Ces valeurs le rendent un peu marginal vu qu’il pense par lui-même. Un jour, il relève un défi dont personne ne veut même entendre parler. Le voila partit pour un tour en enfer. Comme je vous parlais de schéma classique, il va y avoir rencontre, défi et amour.

Sur la forme, je le trouve bien balancé. Les descriptions laissent place à interprétation mais pas trop, il s’agit de l’enfer quand même. Le vocabulaire est bien choisi et certains mots enrichiront celui des enfants.

Les illustrations de Laura Rosano ont un style particulier. Les traits sont épais et l’impression de profondeur ressort mal. Cela m’a donné l’impression d’avoir une sorte de vitrail sur papier. Un large éventail de couleur est utilisé sans jamais tomber dans des tons criards. Une recherche Internet vous donnera des exemples.

Le puits du diable m’a plu mais n’est pas parfait. L’histoire est intéressante mais un peu trop courte, ce qui ne lève en rien à son intérêt pour un enfant. Le style des illustrations particulier ne plaira pas à tout le monde.

Note : 4/5

Merci à Babelio et aux Editions du Jasmin pour m'avoir permis de lire ce livre dans le cadre de Masse Critique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire